L’ESTA, acronyme d’Electric System of Travel Authorization, est un document qui autorise l’accès au sol américain. Ce document peut sous certaines conditions remplacer le visa qui reste nécessaire dans de nombreux cas. Il est impératif d’avoir un document délivré par le gouvernement des États-Unis d’Amérique qui vous autorise à venir sur son sol. Et ce document est soit un visa, soit une autorisation ESTA.

Le contexte actuel international pousse de nombreux états à engager des procédures de contrôle plus strictes concernant l’accès à leur sol. L’obtention de l’ESTA ne garantit pas, en effet, l’accès au sol américain. Un contrôle de sécurité opéré par les services aux frontières est le dernier contrôle physique, humain, qui délivre ou non cet accès. Ainsi comme le visa, l’ESTA n’est pas une garantie d’accès au territoire américain. Il faut donc bien distinguer autorisation d’accès au sol et autorisation d’accès aux frontières.

Autorisation ESTA : l’exemption de visa

La délivrance d’une autorisation ESTA équivaut à une exemption de visa. L’administration américaine cherche en effet à alléger les procédures trop lourdes et contraignantes pour faciliter la venue de touristes et d’hommes d’affaires sur son sol. Grâce à cet allègement administratif chacun peut demander une autorisation ESTA si tant est qu’il y soit éligible. Pour cela il faut aller aux États-Unis pour moins de 90 jours consécutifs et y aller pour des raisons touristiques et/ou d’affaires, sans être un investisseur.

La demande d’autorisation ESTA bien que payante est moins onéreuse qu’un visa classique dont le dossier est plus lourd à monter et la durée plus longue pour l’obtenir. Il est donc préférable, si vous remplissez les conditions d’obtention de l’ESTA de demander cette autorisation-là. Elle est donnée rapidement, sous 72 heures et seul un passeport biométrique est nécessaire à sa délivrance et son obtention.